Parole (s) de femmes !

Pour cette dix-neuvième édition de DCN, nous mettons en lumière les « écritures féminines ».

Autour de la trame « Parole(s) de femmes ! », le festival donnera voix à des figures de la danse et musique actuelles, qui interrogent leur relation à la société.

Nous y découvrirons « Husaïs » qui pose les enjeux déterminant de la démarche chorégraphique de Héla Fattoumi et Éric Lamoureux du CCN de Belfort en puisant dans l’accordance de leurs deux personnalités. La pièce se construit à partir de jeux d’attente, de rapprochement, de frôlement, d’éloignement, de contagion qui inscrivent deux partitions solistes nécessaires l’une à l’autre et pourtant indépendantes.

Avec la « Tactique du Vautour » Saphiatou Kossoko convoque ce cercle infernal où il nous faut refaire et redire en boucle les mêmes choses comme s’il nous fallait nous-mêmes les entendre à nouveau. Peut-on trouver sereinement la part de masculin/féminin qui est en nous ?

« Mar’a » (femmes en arabe) de Nassima Moucheni est une traversée poétique engagée mêlant danse, installation plastique, vidéo et création sonore, pour mettre le corps au centre des questionnements et ainsi opérer une transformation par le mouvement.

Dans « Femmes, tout simplement » de Dobé Gnahoré ; quatre jeunes femmes partagent leurs combats, leurs émotions et laissent parler leur corps sur des chorégraphies afro-contemporaines parfois énergiques et parfois timorées, douces ou violentes, impétueuses et passionnées.

Avec en filigrane cette thématique du récit de vie, le festival s’ouvre cette année au théâtre ; le comédien Emile Abossolo présente le spectacle autobiographique « Champs de sons » : un jeune garçon passe les trois premières années de son enfance auprès du vieux Wintaka, son grand-père spirituel, son maître à vivre mais surtout, surtout, son meilleur ami.

Olivier Le François questionne aussi la thématique de la transmission avec « Viens tel que tu es ! », une conférence dansée autour des enjeux et fondements du Hip-hop avec comme point de départ la définition qu’en fait Afrika Bambaataa, l’un de ses fondateurs : « Le terme hip-hop exprime le fait d’élever son esprit en utilisant sa créativité, son intelligence et son potentiel physique, pour ouvrir de nouveaux champs artistiques et créer de nouvelles sensations. »

Cette édition du festival sera aussi l’occasion de présenter au public « Holy Roler », création 2017 de la compagnie James Carlès Danse & Co, pièce co-chorégraphiée par Mark Tompkins avec et pour James Carlès. Nous y questionnons les notions du sacré et du religieux dans les processus de relation aux autres et à soi-même.

La Cie James Carlès Danse & Co s’associe à Emmanuel Djob pour une création entre musique et danse autour de l’origine féminine du Gospel.

Enfin, avec le concept de « cross over« , nous poursuivons le partenariat engagé sur la précédente édition avec KMG Production autour d’un spectacle transdisciplinaire, pour le très grand public, mêlant musiques actuelles, danse, stand-up comédie et bal.

Nous retrouvons, comme sur toutes les éditions du festival, la trame de l’altérité, qui ne cesse de stimuler notre réflexion. A travers cette programmation qui circule, nous vous invitons à vous saisir des paroles qui sont donnés à lire, entendre, ressentir, enfin à s’en réjouir !

Excellent Festival à tous et toutes !

James Carlès

Retour sur le teaser de l'édition 2016

Programme du festival 2016

depliant-festival-dcn-lignt-1
depliant-festival-dcn-light-2