PROFESSEUR DE DANSE AFRICAINE MODERNE

Togolaise, Flora Théfaine débarque en France, un jour d’avril 1969, emportant avec elle la musique et la danse de son pays.

C’est là, le début de l’éloignement nécessaire où les images s’estompent pour d’autres musiques, ouverture d’un parcours créatif qui redécouvre au hasard du chemin le geste traditionnel enfoui.

Enseignements, création de la Cie Sarabande, créations chorégraphiques, tournées en France et en Europe l’amènent de Quimper à Nantes où elle crée la Cie Kossiwa en 1989, compagnie professionnelle de danse afro-contemporaine.

Au fil de ses expériences artistiques, voyages et rencontres se multiplient ; l’écriture s’inscrit davantage sur fond d’histoire de la danse contemporaine et conforte son métissage là où le noir n’est pas totalement noir et le blanc pas totalement blanc.

Les chorégraphies de Flora Théfaine ne font pas se côtoyer les influences multiples, elle les manie, les fait fusionner… là où les couleurs ont une frontière invisible. Et dans sa quête chorégraphique, c’est le geste porteur de signes qui est mis en scène, le geste universel qui va de la terre au ciel.

Les pièces chorégraphiques qu’elle crée tournent en France et à l’étranger : Plissé Soleil en 1990, Signes des Temps en 1994, Les Porteurs de Légendes en 1995, Les Porteuses de vie avec la troupe Bonogo du Burkina Faso  en 1996, La Traversée du Jour en 1997, Je te donnerai, je te donnerai  en 2000…

Elle réalise des créations avec des amateurs dont Plissé Dansé créé en 2002 avec des habitants nantais à l’issue d’une résidence artistique d’un an. De ce projet né le Bal Plissé Dansé, grand bal public, qui s’inscrit au répertoire de la compagnie.

Elle part en résidence artistique itinérante qu’elle baptise les « Sentiers chorégraphiques », en 2004 en Pays de la Loire avec une nouvelle équipe, crée C’est un voyage qui n’a pas de pays et réalise deux nouvelles versions de Plissé Soleil et Signes des Temps.

Avec Tant la cendre que la poussière, elle s’écrit un solo dansé en 2006-2007 sur la voix du chanteur basque Beñat Achiary.

Elle participe en 2007, en collaboration avec Germaine Acogny, à la création des danses de l’Opéra du Sahel, opéra africain présenté à Bamako, Amsterdam puis à Paris au théâtre du Châtelet.

Elle invente en 2008 un nouveau concept de bal créé et mené par des enfants avec Mon premier bal.

En 2009, elle célèbre les 20 ans de la Cie Kossiwa et commence la création Rwanda-France La pluie et les larmes ou  Ngwino Ubeho.